Loading…
CP

Catherine Pelletier

Concordia University
Impact des sons anthropiques sur le bien-être des animaux de zoo

Catherine Pelletier; Robert Weladji; Patrick Paré; Louis Lazure

Les études sur l'impact des visiteurs et de la pollution sonore sur le bien-être animal en captivité ont généralement trouvé des effets négatifs, mais la plupart se sont concentrées sur l'enregistrement des sons audibles à l'oreille humaine. Or, l’impact des basses et hautes fréquences est mal compris. Plusieurs sources d’infra- et d’ultrasons peuvent être trouvées dans les zoos (véhicules, système de ventilation, machinerie), et à des niveaux d'intensité élevés peuvent être nocives pour les espèces sensibles à ces fréquences. Cette étude détaille l'environnement acoustique et analyse l'impact de la pollution sonore sur le comportement de cinq espèces de félins captifs au Zoo de Granby, Québec, Canada. Le budget d'activité et l’utilisation spatiale, mesurés avec la méthode d'échantillonnage focal instantané, ont été comparés à des mesures d’intensité sonores (dB SPL) sur une large gamme de fréquences (20 à 96 000 Hz). Les données ont été collectées lors de journées où le zoo était fermé ou ouvert aux visiteurs. Les résultats préliminaires suggèrent que la présence des visiteurs, la température, les infrasons (<100 Hz) et les sons audibles (100-20 000 Hz) influencent légèrement le comportement des félins, n’indiquant pas de problème au niveau du bien-être. Les résultats de l’environnement acoustique indiquent que les infrasons sont plus intenses que les autres fréquences, alors que les ultrasons se font rares. Cette étude a pour objectif de sensibiliser la communauté zoologique à cet enjeu dans le but de promouvoir le bien-être des animaux en captivité