Loading…
EG

Elouana Gharnit

UQAM
Végétarien ou carnivore ? La spécialisation alimentaire dépend de l'exploration et du sexe chez le Tamia rayé (Tamias striatus)

Elouana Gharnit, M. Dammhann, D. Garant and D. Réale

La spécialisation individuelle de diète est répandue au sein des populations animales et peut affecter profondément leur écologie et leur dynamique évolutive. Évaluer si les différences comportementales interindividuelles sont impliquées dans les spécialisations alimentaires est une approche fonctionnelle encore peu explorée pour comprendre leurs liens. À l’aide d’analyses isotopiques, nous avons testé si les différences dans le niveau d’exploration prédisaient la spécialisation alimentaire chez le Tamia rayé (Tamias striatus) en évaluant: 1) les différences individuelles des signatures isotopiques de carbone et de nitrogène (δ15N/δ13C) contenus dans leurs poils, 2) les changements de ces positions (c.à-d. plasticité) en fonction des variations saisonnières et annuelles de l’abondance alimentaire dans le milieu (avant et après un mast de hêtre). Nous obtenons des différences de spécialisation individuelles en fonction du niveau d’exploration, du sexe des individus et des conditions alimentaires, et ce, différemment sur les dimensions trophiques carbone et nitrogène. De plus, les explorateurs plus lents/minutieux et plus rapides/superficiels se comportent comme des spécialistes facultatifs en fonction des années (mast/non mast) tandis que les explorateurs intermédiaires semblent être des généralistes obligatoires. Ces résultats vont dans le sens d’une spécialisation individuelle basée sur le phénotype comportemental des individus et des différences de demandes énergétiques entre sexes. Les effets indirects des stratégies de recherche alimentaire personnalité-dépendante (c.à-d. type d’exploration) sur la diète alimentaire nous permettent de mieux appréhender les avantages adaptatifs du maintien de la personnalité animale au sein des populations.