Loading…
RK

Rim Khlifa

UQAM
Réponse des communautés bactériennes de la phyllosphère au stress hydrique chez quatre espèces de conifères des forêts boréales de l’Est du Canada

Rim Khlifa, Daniel Houle, Steven Kembel

Des études ont mis en évidence que les espèces d’arbres pouvaient influencer la structure et la diversité des communautés microbiennes qui leur sont associées. Ces communautés microbiennes peuvent à leur tour avoir un impact sur la santé, la croissance et la fitness de leurs espèces hôtes. Cependant, les interactions plantes-microbes sont encore peu comprises, surtout dans le contexte actuel de changements climatiques. Suite au réchauffement du climat, une hausse des températures est attendue dans l’Est du Canada. Des études laissent supposer que cette hausse des températures provoquera un accroissement de l’évaporation de l’eau et donc une diminution du contenu en eau du sol. La productivité des écosystèmes forestiers étant fortement limitée par la disponibilité en eau, il est essentiel de trouver des moyens d’anticiper la réponse au stress hydrique du stade de régénérescence des espèces les plus importantes des forêts boréales de l’Est du Canada. De ce fait, nous avons testé les effets d’un stress hydrique sur la structure et la diversité des communautés bactériennes de la phyllosphère de l'épinette noire, l’épinette blanche, le pin gris et le sapin baumier. Nos résultats indiquent que la provenance de l’eau d’irrigation (ici l’eau provenant des pluies) ainsi que l’identité de l’espèce hôte semblent avoir plus d’influence que le stress hydrique sur la structure et la diversité des communautés microbiennes.